PROGRAMME


  • 9
  • Le téléphérique du Salève

     

    Téléphérique du Salève Samedi 1er septembre à 10h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

    Téléphérique du Salève Samedi 1er septembre à 13h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

    Téléphérique du Salève Samedi 1er septembre à 15h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

    Téléphérique du Salève Dimanche 2 septembre à 10h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

    Téléphérique du Salève Dimanche 2 septembre à 13h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

    Téléphérique du Salève Dimanche 2 septembre à 15h15 40 pers. max Rendez-vous à la gare de départ au Pas-de-l'Echelle
    complet

     

     

    Un repère dans le territoire transfrontalier. De nuit, une balise lumineuse en lisière et en contre-haut du bassin genevois. C’est ainsi qu’apparaît le téléphérique du Salève, à nous, habitants du Grand Genève. Tel l’ADN, la dimension transfrontalière marque son histoire, son devenir, son avenir.
    Au départ du projet du téléphérique, alors associé à un hôtel avec restaurant panoramique, se trouvent des capitaux et des savoir-faire tant français que suisses. Il est l’œuvre d’un promoteur haut-savoyard (Auguste Fournier), d’un ingénieur en téléphérique parisien (André Rebuffel) mais aussi d’un ingénieur civil (Georges Riondel) et d’un architecte genevois (Maurice Braillard), ce dernier se doublant d’un urbaniste visionnaire.
    L’étrave de la station d’arrivée, résolument tournée vers la ville et le lac, vient signifier la nature transfrontalière du téléphérique pourtant situé sur sol français : étendre le champ touristique de Genève à la montagne haut-savoyarde voisine, en miroir, offrir la ville, le lac et le bassin franco-valdo-genevois à la contemplation, comme un territoire unitaire. Aujourd’hui où s’impose l’urgence environnementale, le téléphérique revient au centre du débat. Renouveler son équipement technique, lancer un concours pour restructurer ses gares et son site, autant d’initiatives qui tendent à valoriser un patrimoine commun, propre à susciter un sentiment d’appartenance, de citoyenneté partagée par-delà les frontières nationales.
    Les projets lauréats du concours seront exposés et commentés lors de ces journées.
    Visites guidées par Paul Marti, historien de l’architecture.

    En collaboration avec la Fondation Braillard Architectes, le Groupement local de coopération transfrontalière pour l’exploitation du Téléphérique du Salève et la Société du Téléphérique du Salève.

    Photographie : © Fondation Braillard Architectes

    Accès 
    TPG ligne 8 jusqu’à l’arrêt « Veyrier-Douane», passer la douane et suivre l’itinéraire piétonnier sur 500 m.

    Note
    40 personnes maximum par visite.
    Réservations du 13 au 31 août sur www.journeesdupatrimoine.ch